Laurent DELOS, Wilfrid BOURDON & Jérôme DELVA

Mardi 27 Janvier 1998. Un équipage police secours du 10ème arrondissement de Paris est sollicité sur un différend familial dans un immeuble au 15 Boulevard de La Chapelle.

L'équipage est composé du brigadier Laurent Delos, trente-trois ans, du gardien de la paix Cyril Grimaud, vingt-six ans, et des stagiaires Wilfrid Bourdon, vingt-quatre ans et Jérôme Delva, vingt-six ans. Un cinquième policier reste en position de chauffeur pour garder le car police-secours. Il est 19h30.

Au 6ème étage, les quatre policiers qui imaginent une intervention classique font finalement face à un individu armé d'un couteau qui retient sa belle-sœur et son fils de sept ans. L'appartement est imbibé d'essence.

L'individu en question se nomme Nassradine Safa, quarante-six ans, machiniste à Orly. Ce dernier cherche Fathia Cheref avec laquelle il est marié depuis cinq ans. Il l'a épousée pour obtenir la nationalité française mais au cours d'un voyage en Égypte, après leur mariage, elle apprend que celui-ci est déjà marié et père d'un enfant. Elle rompt et, depuis un an, tente de faire annuler leur union en vivant cachée.

Nassradine Safa espère donc rencontrer sa femme chez sa belle-soeur, Douaya Cheref, pour obtenir d'elle un certificat de vie commune et être naturalisé. Jointe par téléphone, la soeur appelle aussitôt police-secours.

Au 6ème étage, les policiers négocient difficilement et obtiennent la libération de Douaya et de son fils, lesquels prennent aussitôt la fuite. Voyant que les policiers s'apprêtent à l'interpeller, Nassredine Safa répand un contenant de 20 litres d'essence et en quelques instants met le feu à l'appartement.

Le gardien de la paix Grimaud s'extirpe du brasier avec de graves brûlures aux jambes. Mais pour les trois autres policiers, la vie prend fin de façon brutale et indicible. Nassradine Safa, qui s'était lui aussi aspergé d'essence est découvert immolé dans une chambre par les pompiers.

Samedi 31 Janvier 1998. Les obsèques officielles des trois policiers tués sont célébrées dans la cour d'honneur de la Préfecture de police.

Originaire du Nord, Laurent Delos était célibataire, sans enfant. Il intégrait l'école de police de Sens en octobre 1984. Affecté en Juin 1987 au commissariat de police du 11ème arrondissement de Paris puis au 10ème arrondissement en Juin 1988. Nommé Brigadier de Police en Mars 1994, il devait rejoindre le 19ème arrondissement mais il revenait à sa demande en octobre 1995 dans le 10ème arrondissement. Il est nommé capitaine de police à titre posthume et élevé au grade de chevalier de la légion d'honneur. Il repose désormais au cimetière de Blanc-Seau à Tourcoing.
Originaire du Nord, le brigadier Laurent Delos est entré dans la police en 1984. Il avait 33 ans. (si vous êtes un proche de la victime, merci de me contacter)
Originaire de l'Eure, le gardien de la paix stagiaire Wilfrid Bourdon attendait la venue au monde d'un fils. Il avait 24 ans.
Originaire de Moselle, le gardien de la paix stagiaire Jérôme Delva avait 26 ans et projetait de se marier.

Originaire de l'Eure, Wilfrid Bourdon intégrait l'école de police de Marseille en 1996. Affecté le 1er Mars 1997 au commissariat du 10ème arrondissement de Paris, il vivait en concubinage et attendait la venue au monde d'un petit garçon qui ne connaitra de fait jamais son père. Il se prénomme Dorian. Wilfrid Bourdon est nommé lieutenant de police à titre posthume et élevé au grade de chevalier de la légion d'honneur.

Originaire de la Moselle, Jérôme Delva intégrait l'école de police de Mulhouse en février 1996. Affecté le 1er février 1997 au commissariat du 10ème arrondissement de Paris, il devait épouser Isabelle avec qui il vivait en concubinage - leur mariage à titre posthume fut autorisé par le Président de la République en 1999 -. Travaillant dans la même brigade que Jérôme, Isabelle se trouvait également en service le soir du drame ; et elle était issue de la même promotion que Wilfrid Bourdon, partageant leur formation d'élèves à l'école nationale de police de Marseille. Jérôme Delva est nommé lieutenant de police à titre posthume et élevé au grade de chevalier de la légion d'honneur.

Originaire de la Haute-Vienne, Cyril Grimaud est cité à l'ordre national du mérite le 26 Avril 1998, et et élevé au grade de chevalier de la légion d'honneur. Ce drame continue d'être évoqué dans les services de police, prouvant à quel point la routine n'est qu'illusion.


Sources et références :

Entretiens avec Shirley Bourdon et Isabelle Delva.
Archive INA du Journal télévisé du 28/01/1998,  Antenne 2. 
Journal officiel n°30 du 05/02/1998, page 1870, "Citation à l'ordre de la nation"
Journal officiel n°98 du 26/04/1998, page 6421, "Décret portant nomination exceptionnelle"
Le Monde, article du 28/01/1998, "Quatre hommes [...] sont morts dans l'incendie d'un appartement à Paris"
Le Monde, article du 30/01/1998, "Des obsèques solennelles seront célébrées en l'honneur des trois policiers [...]" 

Jacques TRABUCHET

1998 - Le gardien de la paix Jacques Trabuchet chute d'un véhicule d'intervention dans lequel il tente de maitriser un individu interpellé. Il était marié et père de deux enfants.
Dimanche 18 Janvier 1998. Un équipage Police-Secours intervient Rue Henri Martin à Boulogne sur Mer (Pas-de-Calais) pour prendre en charge un homme en état d'ivresse qui trouble copieusement l'ordre public. Les policiers le transportent difficilement avec leur fourgon jusqu'au commissariat local, lequel se trouve à moins d'un kilomètre du lieu de l'intervention.

Alors que le véhicule est en marche, l'ivrogne se débat vigoureusement. Vers 19h00, un drame se produit à l'arrière du fourgon. Dans la lutte, le gardien de la paix Jacques Trabuchet est projeté contre les portes arrières du véhicule, lesquelles s'ouvrent.

Le policier chute inexorablement sur la voie de circulation. Gravement blessé à la tête, il est transporté au centre hospitalier de Lille, mais il ne se réveillera jamais du coma dans lequel il est tombé, et s'éteint le 22 janvier de la même année.

Le gardien de la paix Jacques Trabuchet avait quarante-neuf ans, il était marié et père de deux garçons, Jean-Philippe et Nicolas. Né le 1er Juillet 1948 à Ambleteuse (Pas de Calais), il entre dans la Police Nationale en 1969 en intégrant le centre de formation de Sens (Yonne). Affecté successivement à la CRS N°2 de Vaucresson (Hauts de Seine), la CRS N°11 de lambersart (Nord) puis la CRS N°16 de St-Omer (Pas de Calais), il rejoint finalement la Circonscription de Boulogne-Sur-Mer (Pas de Calais).

Après 29 ans de services civils et militaires, il est nommé brigadier-major à titre posthume et élevé au grade de Chevalier de la Légion d'Honneur, et cité à l'ordre de la Nation. L'un de ses fils est aujourd'hui gardien de la paix.

Sources :
Entretien avec son fils Nicolas Trabuchet.
JORF n°29 du 4 février 1998 page 1805, "Citation à l'ordre de la nation"
JORF n°104 du 5 mai 1998 page 6815, "Décret portant nomination à titre exceptionnel"

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.