Lionel PAULUS

1997 - Le gardien de la paix Lionel Paulus est victime d'un accident de la circulation alors qu'il se rend sur les lieux d'un cambriolage à Strasbourg.

Si vous êtes un proche de la victime,
merci de me contacter
Samedi 27 Décembre 1997. Trois policiers de la brigade anti-criminalité de Strasbourg (Bas-Rhin) se rendent sur la scène d'un cambriolage en cours dans le quartier de Neudorf, gyrophare et sirène en action. Malheureusement leur véhicule entre en collision avec une BMW dont le conducteur âgé de dix-neuf ans ne respecte pas l'obligation de priorité.

L'importance du choc projette la voiture de police contre un feu de signalisation et le conducteur du véhicule de police est éjecté de l'habitacle. Il s'agit du gardien de la paix Lionel Paulus, vingt-sept ans. Ce dernier est transporté rapidement aux urgences du CHU de Hautepierre dans un état jugé très critique. Il décède dans la matinée des suites de ses blessures.

Mardi 30 Décembre 1997. Plus de trois cents personnes assistent aux obsèques officielles de Lionel Paulus se tenant dans la cour d'honneur du commissariat central de Strasbourg.

Entré dans la police en 1992, il avait débuté sa carrière à la Compagnie Départementale d'Intervention d'Évry-Corbeil (Essonne) avant d'obtenir une affectation à Strasbourg en 1996. Un an plus tard, il réalisait « son rêve » en rejoignant la brigade anti-criminalité, unité spécialisée dans la lutte contre la délinquance de voie publique.

Originaire des Vosges, Lionel Paulus est nommé brigadier de police à titre posthume. Ile est décoré de la médaille d'honneur de la police nationale et de la médaille d'or pour acte de courage et de dévouement. Il repose au cimetière de Senones (Vosges).

Sources et références :
Victimes du Devoir, de Stéphane Lemercier, éditions du Prévôt, page 208.

Mentions légales

Toutes les informations et photographies contenues dans les récits qui suivent ont été obtenues à partir de recoupement d'articles de presse archivés et/ou numérisés dans les moteurs de recherches, et/ou à partir des nombreuses correspondances avec les proches des victimes. Les sources sont citées mais il faut rester prudent sur leur fiabilité.

Les propos injurieux, haineux, indécents et globalement hors sujet ne seront pas acceptés. Il s'agit avant toute chose de rendre hommage à ces personnes.

Tous droits réservés.